Situations d’Apprentissage

UAA 2.1.2 Ethique et technique « La technique nous rend-elle maîtres de la nature ? »

UAA 2.1.3 Stéréotypes, préjugés et discrimination «  Révolution culturelle du XXème siècle, le sexisme et la lutte féministe »

UAA 2.1.3 Stéréotypes, préjugés, discriminations «  Ce que je pense… ce que je suis ? »

 

UAA 2.1.3. Stéréotypes, préjugés et discriminations « Quoi le physique ? »

UAA 2.1.3. Stéréotypes, préjugés, discriminations «  Les femmes viennent de Pluton et les hommes d’Uranus »

UAA 2.1.5 Légitimité et légalité de la norme « Obéir, jusqu’où ? »

UAA 2.1.5. Légitimité et légalité de la norme « Est-il légitime d’enfreindre la loi ? »

UAA 2.1.5 Légitimité et légalité de la norme « Les bases de la légitimité »

UAA 2.1.6 : Relation sociale et politique à l’environnement « Responsabilité et environnement »

UAA 2.1.6. Relation sociale et politique à l’environnement « Quel statut pour l’animal ? »

UAA 2.1.6 Relation politique et sociale à l’environnement « Quelle relation voulons-nous avec notre environnement ? »

UAA 2.2.4. Rapport éthique à soi et à autrui «  Philosophie antique et exercices spirituels »

UAA 3.1.1. Vérité et pouvoir «  Vérité et pouvoir, compatibles ? »

UAA 3.1.1. Vérité et pouvoir « Monde des illusions ? »

UAA 3.1.1. Vérité et pouvoir «  La caverne moderne »

UAA 3.1.3. Bioéthique «  Jusqu’où mon corps m’appartient-il ? »

UAA 3.1.3. Bioéthique «  Découvrir la bioéthique »

UAA 3.1.4 Liberté et responsabilité «  Qu’est-ce que l’idéologie ? Les penseurs de l’idéologie »

UAA 3.1.4. Liberté et responsabilité «  Sommes-nous libres de notre existence ? » et «  Conformisme et désobéissance civile »

UAA 3.1.4. Liberté et responsabilité « Vers une nouvelle conscience de soi ? »

UAA 3.1.6  L’Etat : pourquoi et jusqu’où ? « Mon Ile »

UAA 3.2.2.-3.2.3. Culture(s) et liberté(s) « 100% moi »

UAA 3.2.4. La justice « Qu’est-ce que la justice ? La justice est-elle « juste » ? Il n’existe qu’une seule justice ? »

UAA 3.2.4 La justice « Comment fonctionne la justice en Belgique ? Qu’est-ce que la justice ? La justice est-elle juste ? »

UAA 3.2.5 L’État, pouvoir(s) et contre-pouvoirs, « Violence étatique et défense démocratique »

UAA 3.2.5 L’État, pouvoir(s) et contre-pouvoirs, « 1968-2018: Quelle révolution aujourd’hui ? »

Programme socles Chapitre 1 : construire une pensée autonome et critique (élaborer un questionnement philosophique, prendre position de manière argumentée) et Chapitre 4 : s’engager dans la vie sociale et l’espace démocratique (débattre collectivement, décider collectivement) « Travail de groupe sur les philo-fables »

UAA 3.2.5 L’Etat : pouvoir(s) et contre-pouvoirs et « 1968-2018: Quelle révolution aujourd’hui ? »

Fiches de méthodes de lecture :

Investigation philosophique avec pairs CaV Suite dans les idées No, Cé S., OD Gruyère Phil H T-Pex Josepha Texte-toi CaD et So
Morceaux choisis Ari&val Entre voir et percevoirEt, Ros, CéR L’essentiel et l’accessoire Anne D. Curios Abdel et PhilR Disc philo AnneJ
Et si on retournait le sablier Jé&Cha Affichez vos couleurs Domidocx Donne-moi du sens Boubker docx Cheminement Auré Méthode Pi&Cri
Puzzle Sté Origami Aurore JeuEnigme autour de la Joconde Delph

Canevas de SA 

Modèle prépa d’une leçon CPC

Plan du cours

Jour 1 :

  1. Le programme du CPC : partis pris pédagogiques et philosophiques
  2. Structurer une Situation d’Apprentissage (SA) : vocabulaire + quelques exemples de SA
  3. Didactique de la lecture I : éveiller le désir de lire

Jour 2 :

  1. Didactique de la lecture II : faire comprendre le texte
  2. Didactique de l’écriture : varier les types d’écriture

Jour 3 :

  1. Retour réflexif sur des activités menées en classe
  2. Didactique de l’oralité I : animer des discussions

Jour 4 :

  1. Didactique de l’oralité II : améliorer l’oral en classe
  2. Évaluer : Quoi ? Quand ? Par qui ? Comment ?

Méthodes, supports, évaluation

Méthodes :

Interroger les pratiques dominantes en didactique de la philosophie (présupposés ? effets ?), envisager des alternatives ; créer ensemble sur base de réflexions collectives ; produire des « fiches » à mutualiser.

Supports :

Le PPT : Formation Didac CPC

Mission Philo : http://missionphilo.be/enseignant/certificat-uliege

Dans la caverne (PhiloCité) : http://www.philocite.eu/blog

Évaluation :

Présence, productions sur place, SA avec analyse réflexive (v. p. 7). (Fait/non fait)

 

Jour 1 :

1. Le programme du CPC : partis pris pédagogiques et philosophiques

  • Posture par rapport au programme
  • Des choix pédagogiques (paradigme imposé de l’extérieur) :
    • Apprentissage Par Compétences
    • Modèle des UAA :
      • Traduction des compétences en Acquis d’Apprentissage
      • Logique progressive et spiralaire
      • Retour (modéré) des savoirs

< une certaine conception de l’apprentissage

  • Présupposés :
    • Utilitarisme (« tout savoir doit être utile », « l’école doit former des individus employables »…)
    • Constructivisme (« toute vérité est construite », « on apprend mieux si on co-construit le savoir ensemble »)
    • Primat de la technique (« toute compétence s’exerce via des tâches isolables et entrainables »)
    • « Evaluationnisme » (« tout apprentissage doit être mesuré, évalué »)
  • Des choix « philosophiques » :
    • Enseignée dès la première primaire, toutes filières confondues : « philo pour tous »
    • Mixte de pratique philosophique et d’histoire de la philosophie
    • Paradigme problématisant et historique
    • Multiplicité des démarches philosophiques reconnue
    • Accent sur conceptualisation et problématisation, bien définies
    • Importance de la lecture de textes
    • Place des questions d’actualité et des philosophes contemporains
    • Inscrite dans une conception de la démocratie à la Lefort
    • Prenant la citoyenneté comme objet et objectif
    • Branchée sur des matières étrangères (autres disciplines)
    • Relégation de certains thèmes/domaines de la philosophie (religieux, esthétique, métaphysique, pratiques de soi…), accent sur d’autres

Bref : des choix nets qui donnent un identité à la philo en Belgique.

2. Structurer une Situation d’Apprentissage (SA) : vocabulaire + quelques exemples de SA

  • Un vocabulaire à s’approprier…
    • Unité d’Acquis d’Apprentissage
    • Compétences
    • Objectifs
    • Acquis d’apprentissages
    • Ressources : Savoirs, savoir-faire, attitudes
    • Processus d’apprentissage : Connaître, Appliquer, Transférer
    • Situation d’Apprentissage (SA) : situation-problème, étapes, production attendue.

Regardons ensemble un exemple : Programme p. 67.

Attendu (pour le 15 mai) :

  • Construire une SA
    • selon le canevas du programme
    • en articulant au moins deux des trois dimensions abordées au cours (lecture, écriture, oralité)
    • et en y intégrant une évaluation
  • Y adjoindre une analyse réflexive (2 pages) sur base de l’expérimentation faite en classe, sans langue de bois (!) et pouvant prendre un recul critique par rapport au programme/au canevas de SA.

NB : Fournir uniquement la préparation type, les doc-élèves, l’analyse réflexive

Objectif (hors certification) : mutualiser ces SA, enrichir votre pratique.

    • Des exemples de SA : Petit voyage dans les bureaux de Noémie, Charles, Josepha, Pierre et Aurore
      • Présentation par chacun d’eux d’une SA (structure, méthode pour la construire, forces et faiblesses) (20’ par personne)
      • Temps d’échange avec eux (« interview » de 10’ par personne) sur des points de méthodologie (structure, amorce, progressivité, ordre des étapes, pertinence des dispositifs, façons de préparer, objectifs, conception de la philo sous-jacente, etc.)

 

Noémie Charles Josepha Pierre Aurore

 

3. Didactique de la lecture I : éveiller le désir de lire

Exercice (25’) :

Individuellement, répondez par écrit aux questions suivantes :

« Aimez-vous lire ? Pourquoi ? »

« Aimez-vous lire de la philosophie ? Pourquoi ?  »

Retrouvez les raisons, conditions, éléments déclencheurs, facteurs principaux du (dé)goût de la lecture.

Basez-vous sur toutes sortes d’expériences de lectures que vous avez pu faire, récemment ou dans le passé, plaisantes et déplaisantes

  • Mise en commun sur PPT (30’)
  • Et pour vos élèves ? (compléter PPT)

Un petit complément issu des travaux de Nathalie Frieden (Université de Fribourg) : « Problèmes lectoraux »

  • Exercice 2 (30’) :
    • Individuellement : A partir d’un ou plusieurs éléments repérés ensemble (identifiez-les), imaginez une stratégie de lecture originale d’un texte philosophique.
      • Un exemple : la « dégustation philo » basée sur rituel + lecture à haute voix + gratuité
  • Mise en commun : tour de table (30’)
  • Distribution d’une enveloppe pour chacun, à lire chez vous, comme si elle vous était adressée…

Jour 2 :

1. Didactique de la lecture II : Faire comprendre un texte

  • Quelques a priori sur la lecture en classe
  • Que lire ? Varier les genres à l’intérieur de la philosophie.
    • A côté des textes argumentatifs, quels autres types de textes trouve-t-on en philosophie ? Particularités, exploitation pédagogique possible ?

Quelques exemples de genres variés :

  • Aphorisme de Nietzsche, maxime d’Epictète, paradoxe de Cioran
  • Pensées, morceaux d’un livre jamais fini de Pascal
  • Propos d’Alain
  • Poème (Voltaire, Lucrèce…)
  • Autobiographie philosophique (Augustin)
  • Journal (Sartre)
  • Méditations (Descartes)
  • Pièce de théâtre (Sartre)
  • Le conte (Voltaire), la fable, le mythe
  • Les anecdotes (histoires des grands philosophes de Plutarque)
  • Les lettres (Spinoza, Descartes, Diderot…)
  • La lettre ouverte, carte blanche, texte d’intervention, pamphlet
  • Le manifeste (Marx)
  • L’essai (Leibniz, Montaigne)
  • Le cours (Aristote)
  • Le dialogue (Platon)
  • Le traité (Spinoza)
  • Des notes de cours prises par des élèves…(Hegel)
  • Le discours, l’entretien, la démonstration…
  • Comment lire ?
  • Expérimentation (30’ à 45’):
    • Testons 1 (ou 2) méthodes de lecture (1 pratique classique et une « contre-pratique »)
    • Analyse réflexive 

Quatre exemples de méthodes très différentes : Observons rapidement le dossier

  1. Michel Tozzi, « Penser par soi-même », p. 169 (// manuels français) : Posez au texte ce genre de questions et cherchez-y les réponses par lectures successives (voir document)
    1. bis/ Variante simplifiée de N. Frieden : lire le texte tout haut aux élèves et leur demander : de quoi ça parle ? Relire, puis demander : Dites-moi une chose dite à ce sujet. Lire une dernière fois : donnez un argument de l’auteur. Puis seulement donner le texte à lire.
  2. Le schéma d’idée (voir doc.). Remplir un schéma à trous reprenant les idées du texte mises en lien. Voir document.
  3. La lecture structuraliste de Michèle Charff (dans Diotime) : voir article.
  4. La recréation de texte de N. Léchopier et M. Triclot (dans  Philosopher, tous capables du GFEN) : voir article
  • Varier les genres textuels et adapter les méthodes en fonction du texte
  • Exemples de paramètres sur lesquels jouer :
    • Avant : intervenir soi-même sur le texte : le trouer, le découper, inscrire des choses, barrer, ne donner qu’un morceau puis un autre, etc. ; fournir des éléments (lexique, infos, …) ou pas, etc.
    • Pendant : rôle du prof (commente/met au travail/participe…), exercice collectif/individuel/en duo, texte lu/entendu/ projeté ?,  fait-on intervenir les élèves sur le texte ? Comment ?
    • Après : à quel résultat les élèves doivent-ils arriver ? Doivent-ils produire qqch ? Quoi ?
  • Exercice (seul ou en duo)(30’) :
    • Prenez le texte reçu hier (ou éventuellement un de ceux vus ce matin), ciblez un public (ex. élèves de 5ème Technique), repérer les difficultés du texte, donnez-vous un objectif, choisissez une méthode de lecture adaptée au texte et au public (>< automatismes). 
    • Faites une fiche technique (v. page suivante) à partager sur le site (1/3/18 max).
  • Fiche technique pour « méthode de lecture »
  • Nom de la méthode (inventez-le !) : « … »
    • Section : Lecture
    • Support : références du texte
    • Public cible : …
    • Objectif  : … (brièvement : pourquoi vous mettez en place cette méthode : pour dépasser quelles difficultés ? pour arriver à quels résultats?) 
    • Méthode : (sous forme de consignes données aux élèves)
    • Remarques : (facultatif, uniquement si vous avez besoin de préciser quelque chose)
  • Expérimentation (45’):
    • Testons une ou deux de vos méthodes sur nous (30’).
    • Analyse réflexive (15’).
  • Perspectives : textes plus longs / textes non philosophiques/lecture philo d’autres supports
  • Partage d’expériences :
    • Quelles sont vos expériences de lecture en classe ? Vos méthodes ? Vos difficultés/succès ?

2. Didactique de l’écriture : varier les types d’écriture

  • Pourquoi faire écrire les élèves ?
    • Primat de l’oralité
    • Différents types d’écrits, scolaires  et non scolaires
    • Spécificités de l’écriture
    • Freins ? Moyens de les lever ?
    • Spécificités de l’écriture philosophique ?
  • Vos expériences d’exercices d’écriture en classe ?
  • Trois exemples d’exercices d’écriture philosophique :
    • L’abécédaire (Axel Pleeck, RED/Laboratoire pédagogique)
    • Le pastiche (à partir de 4 genres différents : le dictionnaire, le propos, la leçon, le journal intime) (PhiloCité)
    • L’aphorisme expansé (M. Tozzi)
  • Testons un de ces exercices (1h30)

« L’abécédaire »

  • Section : Ecriture (collective)
  • Public cible : Elèves de 5ème ou 6ème année
  • Objectifs  : 
    • Produire collectivement un texte réflexif sur un thème surprenant (les odeurs, l’écoute, la natation…), en laissant libre cours à la créativité
    • Dépasser les réserves par rapport à l’écriture philosophique en jouant avec les mots
    • Penser plus finement un élément anodin du quotidien
  • Méthode :
    • On fixe un thème commun (prosaïque ou plus directement philosophique) et on attribue à chacun une lettre de l’alphabet, servant de « mise au travail ». 
    • Chacun choisit alors deux mots commençant par « sa » lettre, l’un à connotation positive, l’autre à connotation péjorative, et écrit deux courts textes (5 lignes max.) faisant le lien entre ces mots et le thème de départ.
    • Tour de table : chacun lit ses deux textes, sans commentaires.
    • Pour réaliser une « Petite philosophie de… », on réunit les différents extraits dans un ordre savamment choisi et on gomme les références à la forme abécédaire pour ne garder que le texte.
  • Remarques : L’exercice est plus intéressant et plus amusant si l’on part d’un thème très quotidien, qui ne semble pas directement philosophique,  et si l’on s’efforce de le relier à des mots insolites, inattendus. Les liens qui naissent sous la plume sont parfois riches de sens. Ou pas… 

« Ecriture éclair » suivi de « Pastiches de genres »

  • Section : Ecriture
  • Public cible : pour ex. 1 : tous publics, pour ex. 2 : 6ème année, aimant lire/écrire…
  • Objectifs  : 
    • Faire des liens et renvoyer des questions rapidement, sans filtre (Phase 1)
    • Faire penser les élèves ensemble par l’intermédiaire de simples mots (Phase 1)
    • Faire comprendre et épouser le geste d’un philosophe ; éprouver comment le genre et le style influencent la pensée (Phase 2)
  • Méthode : 
    • Phase 1 : Un thème est donné (un mot, par ex. « absence »). Autour d’une table, à 6 ou 8 max., sur un grand carton « tournant », notez pendant 40’’ des mots qui vous viennent, en lien avec le thème. Faites tourner le carton afin que vos mots apparaissent devant votre voisin de droite. Répétez l’opération 5×40’’ en ajoutant comme exigence de noter des mots en lien avec ceux écrits par les autres, puis de qualifier ces liens, puis enfin de poser des questions sur toute la partie de carton que vous avez sous les yeux. Les images sont également permises. On prend ensuite le temps de regarder l’ensemble du carton et de déterminer un nouveau mot, qui apparaît comme central. Choix de ce mot sur base d’argumentation.
    • Phase 2 : Sur le mot choisi, écrivez un texte « à la manière de ». 4 genres différents sont alors proposés (et disponibles à la consultation, dans des livres amenés pour l’occasion), par exemples le dictionnaire décalé (style « Dictionnaire du pire » de S. Legrand), le propos (Alain), la leçon théorique et pratique (A. Guyard, « 33 leçons de philo pour mauvais garçons »), le journal intime (Kierkegaard, « Journal d’un séducteur »). 
    • Lecture des textes et réflexion sur l’influence du genre et du style sur le contenu.
  • Remarques : 
    • Quelques extraits bien choisis doivent être pointés dans les ouvrages.
    • L’enseignant pourrait prendre le temps de « démonter le mécanisme » de ces textes avec ses élèves pour leur faire comprendre comment ils fonctionnent. Mais il peut aussi voir si l’imitation plus instinctive porte ses fruits.
    • Fonctionne mieux avec un petit groupe.

Expérimentons le troisième exemple : « l’aphorisme expansé ».

Phase 1 : Aphorisme

  • Aphorisme : phrase courte, affirmative, percutante, faisant parfois appel à des métaphores. Concision et densité.
    • Exemples : « Tout homme dès qu’il est né est asse vieux pour mourir » (Heidegger), « L’enfer, c’est les autres » (Sartre)
  • Choix d’un thème 
  • Consigne : En 3’, écrivez un aphorisme, c’est-à-dire une phrase courte, dont le contenu sera dense, la forme affirmative (qui assène un message), et qui comportera une métaphore qui dit la chose de biais, mais de façon frappante.
  • Partage des aphorismes (tour de table) : chacun lit à haute voix son aphorisme en veillant à l’offrir au groupe comme un cadeau. Silence de qqs secondes. Puis on le dit une seconde fois en le dictant. Chacun prend note. Aucun commentaire, ni sur soi-même, ni sur les autres.
  • Phase méta individuelle (absente avec les élèves) : écrire 2 ou 3 phrases sur « Est-ce qu’écrire m’aide à penser ? » « Que produit sur moi, sur ma pensée, le processus rédactionnel court ? ».

Phase 2 : Aphorismes altérés

  • Consigne (10’) : Ecrire un second aphorisme, en lien avec mon idée initiale, mais intégrant ce qu’un(e) autre (ou des autres) a (ont) écrit.
  • Tour de table : Lire son aphorisme altéré et dire ensuite de quelle alchimie il est né (j’ai pris telle idée à x, telle image à y…)

Phase 3 : Aphorisme expansé

  • Consigne : Explicitation de notre dernier aphorisme : expliquer ce qu’on a voulu dire, le traduire en des mots plus explicites, plus rigoureux. Pour soi-même (ma pensée ne m’est pas transparente), pour un autre (ambition de se faire comprendre). 
  • NB : Etape suivante : échanger son Aphorisme expansé avec celui d’un autre élève et entamer une correspondance (questions d’éclaircissement puis d’approfondissement)
  • Méta :
    • Est-ce qu’écrire vous aide à penser ? Que produit sur vous, sur votre pensée, le processus rédactionnel court ?
    • Que se passe-t-il pour vous quand vous écrivez en intégrant la pensée d’un autre, en lui faisant crédit ?
    • Qu’est-ce que l’explicitation écrite vous a apporté ?
  • Remarque : l’exercice peut se prolonger par une correspondance philosophique, puis l’écriture d’un dialogue.
    Plus d’info dans Michel Tozzi, Diversifier les écritures philosophiques, CNDP, 2000 ou sur le site « Dans la Caverne », rubrique Ecriture, article de Gaëlle Jeanmart et co., « Ecritures philosophiques : récit d’une expérience ».
  • Fiche technique à réaliser chez soi et à m’envoyer sur un exercice d’écriture testé en classe (FACULTATIF)
  • Pour la prochaine fois, tester une chose vue ensemble dans une de vos classes (retour réflexif la fois suivante)

Bibliographie & liens

Sur la lecture :

  • N. Frieden (séminaire sur la lecture philosophique, ULg/PhiloCité mai 2017). Merci !
  • G. Jeanmart, La dégustation de textes philosophiques en mini portions, Philocité 2018.
  • M. Tozzi, Penser par soi-même. Initiation à la philosophie, Lyon, Chroniques sociales, 2005, p. 166-175.
  • G. Jeanmart, Trois exercices pour appréhender un texte philosophique, Philocité 2018. 
  • « Le schéma d’idée » in Boîte à outils du Référentiel relatif à la mise en oeuvre du nouveau programme de morale (sous la direction de Michel Bastien, inspecteur du cours de morale), CAF, septembre 2004.
  • M. Charff, « Trois méthodes de lecture philosophique », Diotime n° 15 (07/2002).
  • N. Léchopier et M. Triclot , « La recréation de texte » dans  N. Grataloup (dir.), Philosopher, tous capables, Lyon, Chroniques sociales, 2005.
  • N. Leselbaum & M. Sarvonat, « La lecture des textes philosophiques en classe terminale. Présentation et analyse des pratiques différentes », in Revue française de pédagogie, n°64 (1983), p. 35-47.
  • B. Robert (dir.), Passerelles Philosophie Terminales L.ES.S, Paris, Hachette, 2013.
  • D. Pennac, Comme un roman, Paris, Gallimard (Folio), 1995.
  • S. Charbonnier, L’érotisme des problèmes. Apprendre à philosopher au risque du désir, Lyon, ENS Editions, 2015.

Sur l’écriture :

Jour 3 :

1. Retour réflexif sur des activités menées en classe

Analyse réflexive collégiale (1h15 max.) :

  • Un participant relate une expérience :

–Décrit

–Juge, évalue (en étant attentif aux éventuels décalages entre objectifs et effets réels)

–Imagine des ajustements souhaitables

  • Le groupe se met au service de celui qui partage une expérience. Il :

–Ecoute

–Questionne pour clarifier

–Emet des suggestions

 

2. Didactique de l’oralité I : animer des discussions

  • Introduction générale sur l’oralité

–Oralité, parent pauvre…

–Critique de la discussion par Deleuze en trois points :

  • Rapports de force, combat de coqs
  • Vide de la pensée (« exprimez-vous !)
  • Consensus mou, indifférence au problème, relativisme (« chacun son avis »)

–Parler ensemble s’apprend

  • Conditions démocratiques de la discussion
  • Conditions philosophiques
  • 4 méthodes en animation de discussion philo

–CRP de Lipman

–ARCH de Lévine

–DVDP de Tozzi

–Maïeutique de Brénifier

  • Art de l’adaptation (aux élèves, à soi-même)
  • La Méthode LIPMAN

–Qui est Matthew Lipman ? Quels sont ses objectifs ?

–Romans, plans de discussion et exercices

–La Communauté de Recherche Philosophique

–Les étapes de la délibération philosophique à la Lipman

      • Lecture partagée
      • Cueillette de questions
      • Délibération
      • Exercices

–Pensée critique, pensée attentive et pensée créative

–Les habiletés de pensée (voir documents papier)

  • Expérimentation : exercice de la Ficelle (30’)

–Une question/un thème est lancé(e)

–La première personne à prendre la parole reçoit la pelote de fil et annonce ce qu’elle va faire (quelle habileté de pensée elle va mettre en oeuvre), le fait, puis, en gardant son bout de fil, donne la pelote à qqn qui demande la parole

–La personne suivante doit cette fois préciser le lien entre son intervention et la précédente en annonçant ce qu’elle va faire, puis seulement intervenir sur le fond, et ainsi de suite.

–A la fin, observer le réseau de fils créé.

–NB : l’animateur observe sans intervenir sauf si qqn ne respecte pas les consignes ou fait autre chose que ce qu’il a annoncé.

  • Analyse réflexive (30’) :

–Apports/limites/écueils de ce dispositif précis

–Transposabilité en classe ?

–Liens à l’objectif de citoyenneté du cours ?

  • Expérimentation : une CRP

–Avec 5 observateurs (3 pour chaque type de Pensée, 2 pour 2 HP)

–25’ de délibération sur une histoire de Nasreddin (avec mini cueillette)

–20’ de délibération (suite) avec cartons HP à utiliser et échange des rôles + synthèse

–20’ de retour des observateurs

  • Analyse réflexive :

–Apports/limites/écueils…

–Intérêt de se fixer des HP lors de la discussion (pour l’animateur/ pour le groupe / pour la discussion)  ?

–Utilité de la phase « avec cartons » ?

–Dimension philosophique ?

–Dimension démocratique ?

–Transposabilité en classe ? Diverses applications ?

 

1. Didactique de l’oralité II : améliorer l’oral en classe

  • Expérimentation : Un petit Lévine pour se chauffer… (30’)
  • Exercice d’écoute et de reformulation (1h) :

–3 observateurs à missions secrètes sont désignés (voir fiches-rôles)

–Une personne du groupe s’exprime librement pendant environ 2’ sur une question donnée

–Un reformulateur tente une reformulation exhaustive

–L’animateur interroge :

  • Le Reformulateur
  • Le Groupe (pour compléter/rectifier ; pour saisir les enjeux)

–Tour de table : Qu’avais-je manqué de la formulation exhaustive ? Pourquoi ? Hypothèse sur ce qui a déterminé ou empêché mon écoute ?

  • Retour des observateurs (20’): chaque observateur présente sa mission et ses observations
  • Exercice de relance sur vidéo (1h)

–Observer et nommer le type de relance de l’animateur (noter au TN)

–Proposer une relance, le groupe la nomme

–Proposer une seconde relance, différente, le groupe la nomme également

–Comparer nos relances avec celle de l’animateur

–Observer la typologie des relances qui apparaît au TN (Objectifs? Effets observés ?)

2. Évaluer : Quoi ? Quand ? Par qui ? Comment ?

  • Exercice : corriger deux dissertations « à vue », avec note chiffrée (en 10’!)
  • Mise en commun des résultats
  • Remarques docimologiques :

–Importance des critères (grille) (// Progr.)

  • Pertinents
  • Indépendants
  • Peu nombreux
  • Hiérarchisés et pondérés

–Biais courants :

  • Stéréotypes
  • Effet de halo
  • Fatigue
  • Impact d’autres facteurs : soin, écriture, orthographe, maîtrise de la langue
  • Renvoi d’une image positive de l’enseignant
  • Connaissance des difficultés personnelles de l’élève
  • Constante macabre
  • Exercice (40’) :
  • –Construction d’une grille adéquate (en grand groupe) (40’)
    • Echange en grand groupe (20’)

    –Intérêt / limites de la grille critériée

    –Problèmes que pose l’évaluation en général

    –Enjeux éthiques et politiques sous-jacents

    • Pour quoi évaluer ?

    –Finalités internes

    –Finalités externes

    –Effets réels ?

    • Qui évalue ?

    –Le prof

    –L’élève

    –La collégialité

    • Comment ?

    –Avec ou sans note

    –Avec ou sans grille

    • Qu’est-ce qu’on évalue ?

    –Faiblesses / Talents

    –Personne / Activité

    –Produit fini / Processus

    • Quand ?

    –Après

    –Pendant

    –Avant

    Pour quoi ? Dans quel but ? Qui ? Quoi ? De qui ? Quand ? Comment ?
    Le Prof

    L’Elève

    Le Groupe

    Talents/Faiblesses

    Processus/produit

    Compétences indiv/ Activité

    D’un élève

    Du groupe

    Du prof

    De soi-même

    Avant

    Pendant

    Après

    Avec note/ sans note

    Avec Grille (critères ?)/sans grille

    Bibliographie & liens

    Présentation des « 4 méthodes » par PhiloCité : http://www.philocite.eu/basewp/wp-content/uploads/2014/02/Formation_4_methodes_v1617_part_I.pdf

      • M. Lipman, A l’école de la pensée, Bruxelles, De Boeck, 2006.
      • M. Sasseville & M. Gagnon, Penser ensemble à l’école, Laval, PUL, 2007.
      • I. Millon & O. Brénifier, Apprendre à philosopher avec Nasreddin Hodja : http://www.pratiques-philosophiques.fr/wp-content/uploads/2015/07/PHILOSOPHER-AVEC-NH-MISE-EN-PAGE-ORIGINALE-2.pdf
      • J. Lévine, G. Chambard, M. Sillam, D. Gostain, L’enfant philosophe, avenir de l’humanité ?, Paris, ESF, 2008.
      • G. Jeanmart, « L’écoute : un exercice de diagnostic », Diotime n° 65 (07/2015).
      • G. Guilpain, « L’évaluation en questions », in GFEN Secteur Philosophie, Philosopher, tous capables, Lyon, Chronique sociale, 2005, p. 268-287.
      • N. Grataloup, « Les fonctions et les limites des grilles d’évaluation », in GFEN Secteur Philosophie, Philosopher, tous capables, Lyon, Chronique sociale, 2005, p.288-295.
      • Merci à G. Jeanmart (PhiloCité), A. Staquet (UMons), O. Gilon (ULB) et N. Frieden (Uni. Fribourg), ainsi qu’à J. Calcerano et O. Darmont (moniteurs pédagogiques ULiège).
close

Recevoir notre lettre bourrée d'idées et d'outils tous les mois :

Nous conservons vos données privées en sécurité sur notre serveur et ne les partageons avec personne.