Nous nous sommes lancé·e·s, depuis plusieurs mois déjà, dans un projet de création d’un manuel destiné aux enseignant·e·s qui donnent le nouveau Cours de Philosophie et Citoyenneté (CPC) dans les 2 et 3èmes degrés du secondaire.

Il nous paraît essentiel que ce manuel soit créé collectivement afin qu’il reflète la richesse des champs de recherche (à tout le moins en Belgique francophone) et ouvre autant que possible l’imaginaire philosophique de ses lecteurs et lectrices. C’est pourquoi nous sollicitons largement nos collègues chercheur·se·s des différentes universités francophones du pays, via la note ci-dessous : 

 Il est également crucial selon nous d’éviter une lecture linéaire et aliénante des cadres légaux du CPC. L’architecture du document final est conçue pour répondre à ces deux exigences : insérer de manière harmonieuse la contribution de nombreux·se·s collègues ; proposer une structure maniable et non cadenassée qui informe les enseignant.e.s tout en respectant l’esprit du cours. 

Nous avons donc décidé, en premier lieu, de ne pas traiter les Unités d’Acquis d’Apprentissage (UAA) une à une en consacrant à chacune un chapitre, mais d’organiser le tout autour d’une matrice qui entend couvrir l’ensemble de la matière du CPC. Au centre de cette matrice, nous placerons alternativement 3 grandes notions transversales : Liberté, Pouvoir, Vérité.

Le manuel sera constitué de nombreuses « fiches » (de deux ou trois pages) rédigées et signées par une grande variété de personnes. Les UAA du référentiel du CPC seront signalées lorsqu’elles sont en lien avec le développement (un relevé des occurrences des UAA figurera en fin de volume), mais ce n’est pas central dans l’organisation du Manuel. Il s’agit bien de décloisonner, de penser par-delà les UAA, sans les perdre de vue pour autant.
L’idée est d’encourager le mouvement perpétuel entre l’abstrait – une notion générale, une matrice englobante, une question de citoyenneté encore large – et le concret : un véritable problème philosophique, ancré dans une conceptualisation précise, en réponse à un contexte spécifique (qui donne au problème sa nécessité). La matrice sert à la fois à cartographier des situations concrètes et à les problématiser.

Plutôt que de réfléchir à leur place en leur faisant suivre un cheminement qui leur serait livré comme un prêt-à-penser, nous espérons que cette structure permettra d’éclairer les enseignant·e·s en leur fournissant d’un même geste beaucoup de contenu d’information philosophique et un moyen de (faire) travailler les compétences philosophiques (interpréter, faire d’autres liens entre les fiches que ceux qui sont proposés, problématiser, hiérarchiser les fiches entre elles, prendre position, repérer les présupposés, exemplifier, argumenter, définir, etc.).

close

Recevoir notre lettre bourrée d'idées et d'outils tous les mois :

Nous conservons vos données privées en sécurité sur notre serveur et ne les partageons avec personne.