« Super-Héros et Philo » de Simon Merle

Agenda
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
dim
l
m
m
j
v
s
d
30
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
25
26
27
28
1
2
3
4
5
24 Fév
24/02/2023    
13h30 - 17h30
€0,00
La Fabrique revient avec une proposition avortée par les confinements, puis repoussée par souci de la santé des animateurices qui voulaient la mettre en place. [...]
Events on 24/02/2023
24 Fév

Paru en 2012 aux éditions Bréal, il s’agit du premier ouvrage de l’auteur, Simon Merle, professeur agrégé de philosophie, spécialiste de la pop-philosophie et de la pop-culture. Simon Merle publie son ouvrage le plus récent en 2020, Le Seigneur des Anneaux – Un Voyage philosophique, aux éditions Ellipses, en co-écriture avec Matthieu Amat[1].

À 128 pages, Super-Héros et Philo est un ouvrage court et copieusement illustré au moyen d’illustrations issues des comics américains qui se propose de questionner le modèle d’humanité et de société qui est véhiculé au travers des histoires de super-héros. Cette réflexion se base avant tout sur les caractéristiques et les aventures des super-héros appartenant aux maisons d’édition Marvel Comics (Iron-Man, Thor, Hulk, Spider-Man, les X-Men, …) et DC Comics (Superman, Batman, Wonder-Woman, …). Les personnages concernés, apparus entre les années 1930 et 1970 aux États-Unis, connaissent un regain d’intérêt depuis une vingtaine d’années, notamment au travers d’adaptations cinématographiques. Ces adaptations ont rencontré un vif succès critique et populaire ; on songe notamment à Avengers : Endgame, qui devint en 2019 le film le plus rentable de l’histoire du cinéma. Merle prend en compte tant le matériau de source issu des comics que les adaptations cinématographiques plus récentes dans son exposé.

Construit autour de deux parties principales, respectivement intitulées « Le Super-Héraut » et « Le Super-Éros », le livre est composé de courts chapitres qui peuvent être lus de manière indépendante. La première partie se propose d’explorer la dimension normative et exemplaire des histoires de super-héros, soutenant que « ces derniers font en effet ressortir de manière négative la difficulté de la société à défendre certaines valeurs traditionnelles (la liberté, la justice, la tolérance, …) »[2], tandis que la seconde partie aborde le potentiel novateur et subversif que comportent les histoires de super-héros, donnant lieu à des questionnements relatifs au statut du récit de super-héros comme fiction d’anticipation. Ces deux parties sont introduites par une définition de ce que le livre considère comme un super-héros (les héros de la littérature antique et médiévale sont ainsi exclus) et l’ouvrage s’achève par un inventaire sommaire des différents héros mentionnés en son sein, index qui reprend brièvement le contexte de création de chaque super-héros, ses caractéristiques principales ainsi que les plus importants comics et adaptations parus au moment de la publication du livre.

Ce livre aborde une variété de questions philosophiques en partant pour chacune d’entre elles d’une caractéristique propre à un ou plusieurs super-héros. Chaque chapitre présente un de ces questionnements et le développe en une dizaine de pages tout au plus. Dans la première partie, on traitera ainsi de la question de la finitude humaine en partant de la double identité du super-héros, être puissant et citoyen vulnérable tout à la fois. Une occasion pour l’auteur de revenir sur l’égalité naturelle des hommes telle que développée par Thomas Hobbes, avec un extrait du Léviathan à l’appui. Cette fragilité inhérente à l’homme, démontrée par la faiblesse caractéristique dont chaque héros est pourvu, est contrebalancée par la noblesse morale, la vertu du héros, un sujet éclairé par un extrait des Pensées de Blaise Pascal. Revenant sur la différence qu’il a amené entre le corps physique, fragile et mortel, et l’âme, principe d’animation qu’il s’agit de cultiver, l’auteur délivre au passage une explication étymologique de la provenance des mots « corps » et « âme ».

Les chapitres suivent tous ce même développement, illustrant la question traitée à l’aide de brefs exemples issus des comics et par de courts extraits de textes, issus des auteurs classiques de la littérature philosophique (Blaise Pascal, Immanuel Kant, Friedrich Nietzsche, William James, Emmanuel Levinas, … mais également le Nouvel Évangile) et recourant fréquemment à une explication étymologique des termes en présence. Au total, ce sont dix questions différentes qui sont abordées de cette manière : Super-Héros et Philos s’étend notamment sur le rôle du masque, de la révélation et de la divulgation dans la construction de l’identité personnelle, aborde la nature universelle ou contingente du juste et le rôle qu’endossent les justiciers par rapport à la société, évoque plus loin le super-héros comme figure du « surhomme », capable de se métamorphoser pour créer de nouveaux modes de perception de la réalité.

En se présentant de cette façon, l’ouvrage est entièrement adapté à son public cible : un jeune public de 16 à 18 ans, qui dispose de certaines connaissances fondamentales du genre des récits de super-héros, ce qui, peu ou prou, est le cas de toutes les jeunes personnes de la tranche d’âge en question. En traitant de manière succincte de certaines questions fondamentales de la philosophie occidentale et en procédant à grand renfort d’exemples, le développement de chaque réflexion est simple à suivre. Les nombreuses illustrations et la mise en page colorée rendent la lecture agréable ; il est tout à fait envisageable que ce livre soit lu « seul », sans accompagnement pédagogique spécifique. Les chapitres forment également de bons points de départ pour un enseignant qui souhaiterait illustrer les enjeux d’une thématique à l’aide d’un extrait de comics ou de film de super-héros, un support propice étant donné la popularité dont continue à jouir ce genre.

Un lecteur plus avisé regrettera éventuellement la nature superficielle du livre : ni les super-héros, ni les auteurs philosophiques abordés ne sont restitués dans leur cohérence propre. De nombreux super-héros mentionnés ont une histoire longue et complexe, la spécificité du genre des comics ayant donné lieu à de nombreuses reprises et adaptations. Chaque reprise et adaptation traduit les préoccupations d’une époque spécifique – on songe notamment à l’exemple de Batman, qui a fait l’objet de diverses interprétations, allant d’une comédie absurde (la série télévisée des années 1960 avec Adam West) à une vision sécuritaire post-11 septembre (les films de Christopher Nolan). L’ouvrage ne mentionne pas ces différentes interprétations et se contente de traiter chaque super-héros comme un personnage aux attributs fixes et monolithiques, là ou une complexification de cette représentation aurait permis d’apporter de la nuance au propos – voire de thématiser spécifiquement cette pluralité d’interprétations comme emblématique d’une certaine culture post-moderne. D’autre part, si on ne peut reprocher à un livre sa date de parution, il est clair que le genre des récits de super-héros a évolué depuis la parution de Super-héros et Philo en 2012. De nombreuses adaptations télévisées et cinématographiques ont élaboré et complexifié les personnages et les histoires que l’ouvrage déploie et il serait avisé, pour toute personne qui souhaiterait exploiter cet ouvrage au sein d’un dispositif pédagogique, de s’informer sur les incarnations plus récentes des personnages mentionnés dans l’ouvrage.

Les philosophes sont quant à eux uniquement mobilisés pour délivrer un commentaire, souvent bref, sur la question traitée, sans que d’autres éléments de leur pensée qui complexifieraient la démarche ne soient abordées. En acceptant cette limitation, il est permis de penser que l’ouvrage peut servir de « tremplin », invitant le jeune lecteur à consulter ces ouvrages ou du moins à assouvir sa curiosité philosophique par la lecture d’ouvrages de vulgarisation ciblant plus spécifiquement un problème entrevu – même si, malheureusement, l’ouvrage ne renvoie pas vers ce type de publication et ne contient pas de section bibliographique dédiée aux sources philosophiques.

Super-Héros et Philo constitue un point de départ excellent pour une réflexion qui engage un jeune public – sur un thème qui est certain d’éveiller leur intérêt et de les inviter à mobiliser leur expertise. Au vu de l’engouement suscité par les super-héros et du succès grandissant de la pop-philosophie, un lecteur intéressé pourra également consulter avec profit les ouvrages suivants : Sociologie des super-héros (Thierry Rogel, Éditions Hermann, 2012), Vies et morts des super-héros (Ouvrage collectif dirigé par Laurent de Sutter, PUF, 2016), La Philo des super-héros (Élodie Denis & Jonas Mary, Les Éditions de l’Opportun, 2017) et Le cœur et la machine – Théorie des super-héros (Emmanuel Pasquier, Éditions Matériologiques, 2017).


[1] https://www.babelio.com/auteur/Simon-Merle/238118. Consulté le 19/12/2021.

[2] Merle S. (2012). Super-Héros et Philo. Paris : Éditions Bréal, p. 10.

Classé dans :
Voir aussi :
Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *