Skip to content

Le cache-misère des cours de citoyenneté

Un « tribune » écrite par Arthur Ghins, pour le « Groupe du Vendredi » [fondation roi Baudouin] :

Signe des temps: un cours de citoyenneté a été mis à l’agenda de l’enseignement officiel de deux communautés linguistiques du pays. L’idée a fait son chemin dans un contexte où l’incivisme et l’intégration sont devenus des préoccupations quasi quotidiennes, que l’on s’avoue plus ou moins selon sa couleur politique. Le discours officiel est toutefois de faire des jeunes des « citoyens », de développer leur esprit critique, de les encourager à s’engager dans la vie de la cité. On a beaucoup glosé sur la substitution d’un tel cours au cours de religion. Mais, au fond, quel type de citoyens entend-on former, et comment?

Lire la suite sur L’Echo

Classé dans :
Voir aussi :
Compte-rendu critique : L’étonnement philosophique

de J. Hersch, ​L’étonnement philosophique Paris, Gallimard, 1993, coll. folio essais, 462 p. Dans l’espace qui est ici réservé à l’étude de l’ouvrage – complexe – de Hersch, l’impasse sera faite sur de nombreux aspects de l’étonnement philosophique. Nous nous concentrerons sur la réflexivité de cet étonnement pris comme attitudeLire la suite >

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Étiquettes