Skip to content

DéPhi : Le dilemme de Jean Valjean

Le dilemme de Jean Valjean

Vous trouverez les explications sur ce que sont les DéPhis à l’article correspondant

 

Pour celui-ci en particulier, les explications se trouvent ci-après, suivies du lien de téléchargement du document. Le « tutoriel » de fabrication se trouve après ce document. 

Prépa en bref.

Un DéPhi qui repose sur les compétences de deux UAA :

2.1.5.

Expliquer les raisons d’un choix face à un dilemme opposant légalité et légitimité

2.1.1.

Évaluer la validité d’un raisonnement et la cohérence d’un discours

L’idée, c’est que pour travailler sur la validité d’un raisonnement et la cohérence d’un discours, c’est bien de se baser sur des raisonnements et des discours. Donc autant travailler, dans la foulée, sur des raisonnements et discours qui ont trait aux UAA qu’on doit voir par ailleurs.

D’une pierre deux coups : les élèves travaillent leur logique et, dans la foulée, ils prennent connaissance des grandes oppositions théoriques sur les questions relatives aux thématiques des autres UAA (ce qui permet, quand on travaillera ces UAA, de ne pas exactement partir de zéro : il·le·s auront déjà beaucoup lu sur ce thème).

Si on veut commencer systématiquement par relever des préconceptions stéréotypées, c’est loupé : vous aurez déjà biaisé pas mal leur opinion… Mais en la complexifiant – ce qui est votre boulot de philosophe, donc l’un dans l’autre…

Ici, l’objectif est de montrer que les arguments n’ont pas tous la même valeur : même s’il apparaît une fois les arguments associés à la thèse qu’ils soutiennent qu’il y a plus de plaquettes pour soutenir « Jean Valjean ne doit pas se dénoncer », cela ne suffit pas à dire qu’il doit prendre cette décision (et d’ailleurs, il choisira l’inverse). On n’additionne pas les arguments comme des pommes, des poires, des unités dont la valeur est identique.

Même sans avoir travaillé spécifiquement la question du fondement des normes, de la distinction entre légalité et légitimité, entre droit naturel/divin et droit positif, les élèves peuvent chercher à identifier quel argument, parmi ceux proposés, leur semble plus ou moins important que les autres, et décider s’il faut ou pas que Valjean se dénonce en fonction du ou des arguments qu’ils auront identifié comme étant décisifs. 

Ce DéPhi étant destiné à des élèves de 5ème – mon idée étant de leur proposer, en tout début d’année, une ou deux séances (le temps de l’horaire provisoire) de rappel des thématiques et acquis des années précédentes) – je ne les ennuie pas trop, mais un prolongement qui me paraît faire sens pour la suite serait de leur demander de formuler la valeur/vertu sur laquelle repose chaque argument (l’honnêteté, l’altruisme, la charité, le confort, la discrétion, …), ce qui permettrait ensuite de discuter de la hiérarchie des vertus de façon plus générale et détachée de cette histoire en particulier. 

Les acquis d’apprentissage visés sont : 

    • [Identifier quelle thèse soutient quel argument] ; 
    • Identifier des conflits entre différentes sources de légitimité [B : morale, légale] ; 
    • [B :] Distinguer légitimité et légalité ;
    • [B :] Justifier une prise de position en rapport avec la légalité ou la légitimité d’une norme.

Les éléments entre crochets sont des ajouts ou modifications personnelles apportées aux AA issus du référentiel de compétences terminales. 

Une fois décidé qui travaille sur ce DéPhi…

Les élèves ouvrent la boîte, découvrent le matériel et, si vous avez du bol, il·le·s lisent les consignes. Si vous avez du bol, il·le·s travaillent ensuite seul·e·s en suivant la marche à suivre prescrite. Si vous n’avez pas de bol, vous devez passer leur expliquer ce qu’il·le·s ont à faire (à chaque étape s’il·le·s manquent vraiment d’autonomie). 

Il·le·s commencent, ensemble, par apparier les thèses opposées afin de recomposer les alternatives. 

Il·le·s se distribuent ensuite le travail de la façon la plus logique (ou vous les y encouragez) : 

  • Seul·e, on fait tout en commençant par l’alternative qu’on préfère.
  • À deux, chacun·e aura deux alternatives auxquelles faire correspondre six arguments. 
  • À trois, chacun·e prend en main une alternative et la dernière sera faite ensemble à partir des arguments restants. 
  • À quatre, chacun·e s’occupe d’une thèse. 

Une fois les arguments associés, le groupe vérifie l’ensemble à partir de sa logique propre. 

Une fois cette vérification faite (et pas avant), le groupe peut consulter le corrigé.Si les élèves ne sont pas habitué·e·s à procéder avec un corrigé, rappelez-leur de le faire (en leur expliquant comment le corrigé est conçu).

Document à télécharger.

Prépa et Documents élèves

Téléchargez le document dans le format que vous préférez en cliquant sur la petite clé anglais (en haut à droite) puis sur "télécharger une copie".

Pour ce DéPhi, pas de feuille à ranger au cahier : l'exercice est à la fois éminemment matériel et écrit (on manipule des petits textes) et tout à fait immatériel au sens où n'en demeure aucune trace.
On pourrait toutefois imaginer en conserver une en donnant aux élèves une version personnelle du corrigé présent dans la boîte.

Tutoriel de fabrication.

La boîte, le livret contenant les consignes, la liste du matériel de la boîte et la prépa, la colle pour fixer le livret au fond de la boîte.

Pour constituer la boîte, imprimer le document ci-avant en deux fois : une première partie constitue le livret intérieur – ici en A4 livret, couleur sur papier blanc –, et les deux dernières pages le corrigé – ici en A5 recto-verso couleur sur papier vert. 

Plier le livret en deux en marquant le milieu du long côté. Encoller la face du livret restée entièrement blanche. 

Fixer le livret dans le dessous de la boîte. Je l’avais mis dans le couvercle mais mes élèves m’ont remarquer qu’en le mettant dans la boîte elle-même il·le·s peuvent ranger la boîte ouverte, dans son couvercle tout en gardant l’accès aux consignes – et ça prend moins de place sur leur banc. 

Pour constituer le reste du matériel, faites découper tous les 15cm (directement au magasin de bricolage sur la panneauteuse) une latte en sapin bien droite de 5,5cm de large et 7mm d’épaisseur. Noter sur chaque cale soit un argument soit une thèse (les points d’exclamation et les « car » et « parce que » aident beaucoup les élèves les moins à l’aise avec l’abstraction).

Classé dans :
Voir aussi :
Autodéfense intellectuelle en autocorrection

Le confinement et toutes les injonctions à maintenir des cours tout en ne voyant pas de nouvelle matière m’ont poussée à créer tout un cahier d’exercices nouveaux pour mes élèves, avec qui nous avons passé une bonne partie de l’année à travailler sur l’autodéfense intellectuelle au sens reprisLire la suite >

Stoïcisme vs. Épicurisme

À partir du travail de ma collègue Véronique Dortu, qui travaille ces écoles antiques avec les rhétoricien·ne·s chaque année, j’ai créé ces quelques supports et activités. Faites-en bon usage…  Penseurs et idéologues Texte issu du livre de Pierre Somville sur lequel se base le cours. Document élèves LesLire la suite >

DéPhi ADI – Lost In Translation

Vous trouverez les explications sur ce que sont les DéPhis à l’article correspondant.   Celui-ci fait partie de la série des déPhis d’Autodéfense Intellectuelle (ADI), qui découlent des travaux du chantier éponyme.  Contenu de cette fiche : Sources d’inspiration Lost in translation Le titre de l’atelier a été repris àLire la suite >

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Étiquettes