PhiloArt – S. Jopeck & J. Flas

Date/heure
Date(s) - 18/11/2021
14h30 - 16h00

Emplacement
Cité Miroir

Catégories


14h30-15h15

Le labyrinthe, territoire d’une rencontre entre une culture artistique et une nouvelle pratique philosophique.

Le colloque des Nouvelles Rencontres Philosophiques interroge cette année la rencontre entre culture artistique et pratique philosophique. Or, pour qu’une rencontre soit possible, il lui faut un territoire désigné et une modalité opérative. C’est pourquoi pour tenter de répondre à cette question, nous avons choisi comme territoire de rencontre, le thème du labyrinthe et modalité de rencontre, la sérendipité.

Faire l’expérience du labyrinthe : qu’est-ce que cela signifie ?

1) Tout d’abord, nous commencerons par interroger les conditions de la rencontre entre culture artistique et pratique philosophique à partir du thème du labyrinthe mené dans une expérience de sérendipité.

2) Puis, nous nous arrêterons sur deux expériences de rencontre culturelle et philosophique à travers tout d’abord une expérience littéraire de découverte de sens du texte, puis une expérience de field recording, ou enregistrement de terrain, qui ambitionne de capter la vie sonore de notre monde (bruits, sons, cris ou chuchotements…). Nous proposerons une description de ces deux ateliers pratiques mettant en jeu labyrinthe et sérendipité.

3) Enfin, nous terminerons sur les paradoxes des dispositifs de l’EAC nécessaires pour qu’une rencontre culturelle et philosophique se fasse, les problématiques de l’évaluation et de la pérennisation d’un projet sérendipien.

Sylvie Jopeck – Professeure agrégée de lettres modernes et co-fondatrice de l’association francophone pour la culture et l’éducation « Le Nadir ».

–––

15h15-16h00

Dés-accords plaqués : réflexion sur un atelier à partir de dispositifs sonores

À partir de la philosophie de l’expérience de Dewey, nous examinerons des dispositifs sonores permettant un questionnement esthétique en atelier philo (et plus particulièrement pour des ateliers du type de la CRP-Lipman). Notre idée de base serait d’explorer le moment de création d’hypothèses chez les philosophes lors de leur interaction avec leur environnement sonore, au moyen de dispositifs particuliers dans cet environnement : le monocorde et les figures (ou plaques) de Chladni.

Pour Dewey, quand un problème se pose dans l’interaction du philosophe avec l’environnement, il est amené, comme tout être vivant, à opérer des sélections pour s’adapter au problème en question. Il peut opérer ces sélections par isolation de traits de l’expérience lors d’une expérimentation, par analyse, conceptualisation et création d’hypothèses. Le monocorde et les figures de Chladni sont de telles sélections, fonctionnant à l’intersection des sens pour comprendre l’émergence d’une organisation sonore de l’expérience. Peut-on nous poser nous-mêmes des questions philosophiques à partir de l’usage de ces deux dispositifs dans un atelier philo ? Nous proposerons des pistes théoriques qui pourraient être abordées lors de cette discussion (comment passe-t-on d’un bruit à un son ? De quelle nature est l’organisation des sons ?), ainsi que des réflexions plus méta sur ce qu’un tel type d’atelier supposerait au niveau de l’expérience esthétique : une attention à la complémentarité et aux désaccords possibles entre nos sensations.

Jérôme Flas – Doctorant à l’ULiège, esthétique philosophique.

Réservations